Des énergies vertes issues des ressources de nos territoires

Découvrez dans cette vidéo pédagogique comment nous produisons de l’hydrogène vert à partir de la biomasse disponible localement. Apprenez aussi comment nous utilisons l’économie circulaire afin de créer une énergie gagnant-gagnant pour les agriculteurs et les éleveurs.

Identifier, réparer et valoriser la biomasse

Définissons d’abord ce qu’est la biomasse, et quelle type de biomasse nous allons utiliser.

Qu’est-ce que la biomasse ?

La biomasse, dans le domaine des énergies renouvelables, ce sont les déchets agricoles, ménagers et industriels qui sont valorisables comme source d’énergie. C’est la matière première que nous utilisons en économie circulaire pour produire des énergies vertes. Pour notre site pilote, nous utilisons celle issue de la biomasse agricole : la culture de têtes d’assolements et les déjections des animaux de ferme.

Mobiliser et pérenniser la biomasse des plantes

À cause de la surexploitation, les sols s’appauvrissent. Si les engrais artificiels permettent d’enchaîner les récoltes, c’est au détriment des terrains dont les écosystèmes sont trop sollicités.

Comment les régénérer tout en conservant les revenus des agriculteurs ?

En introduisant la culture d’une tête d’assolement. Des essences robustes et rustiques sont semées entre deux récoltes. Arrivé à maturité, l’agriculteur coupe la plante tandis que la racine se décompose dans le sol.

Le résultat ?

  • Une terre revigorée, et un meilleur rendement pour la prochaine plantation.
  • Du CO2 capté et stocké par la tête d’assolement (environ 15 tonnes par hectare).
  • Des revenus pour l’agriculteur qui va vendre la récolte de cette plante dans le circuit de la bioéconomie.

Utiliser efficacement la biomasse des déjections des animaux

Les déjections des animaux de fermes constituent également de la biomasse, que l’on peut valoriser dans la bioéconomie circulaire.

Plutôt que d’être utilisées plus ou moins efficacement comme matériel d’épandage, avec parfois des dégâts écologiques collatéraux, les déjections sont collectées et orientées vers une unité de production d’énergie.

Produire de l’énergie à partir de la biomasse

Notre processus vise à créer des énergies vertes de proximité, selon un modèle duplicable et adaptable aux différents écosystèmes socio-écologiques.

De la biomasse à l’énergie : l’unité de production

Le cœur du circuit de production d’énergie à partir de la biomasse, selon la bioéconomie circulaire, est l’unité de production. Implantée harmonieusement dans un écosystème social et économique préexistant, elle capte et donne de la valeur aux éléments de biomasse de proximité.

Notre processus technique permet d’extraire les énergies piégées dans cette biomasse pour produire du méthane, qui sera introduit dans le circuit gazier, ou de l’hydrogène qui sera acheminé vers les stations-service alentours.

La redistribution de proximité des énergies produites en circuit court

La boucle est bouclée : les apports locaux de biomasse sont traités pour produire de l’énergie utilisée à proximité de l’unité de production.

Pour le méthane, le gaz est réinjecté dans le réseau national, qui devient le stock des énergies produites dans les territoires et les campagnes, dans lesquels les unités de production sont implantées. C’est le même principe que pour l’électricité qui part dans le réseau national avant d’être consommée.

Pour l’hydrogène, il a vocation à être distribué dans des stations à hydrogène dans la zone de l’unité de production. Cet hydrogène est injecté depuis des pompes dans le réservoir des camions, des engins agricoles puis des véhicules légers qui seront équipés d’un moteur adapté ou d’une pile à combustible.

L’hydrogène vert : l’hydrogène de biomasse sans déchets

On parle de différentes couleurs d’hydrogène. Notre ambition est d’en produire un réellement vert, c’est-à-dire une énergie obtenue sans pollution, ni résidus.

Les différences entre l’hydrogène gris, l’hydrogène bleu et l’hydrogène vert

Il existe plusieurs sortes d’hydrogène :

  • l’hydrogène gris, qui est un hydrogène obtenu à partir des énergies fossiles. Si l’hydrogène produit est en soi une énergie propre, c’est le procédé de génération de cette énergie qui est polluant.
  • l’hydrogène bleu, qui est un hydrogène obtenu à partir de l’électrolyse de l’eau. Ce procédé est intéressant, car il n’est pas polluant en soi. Toutefois, la grande quantité d’électricité consommée pour produire l’hydrogène provient soit des énergies fossiles polluantes, soit de l’énergie nucléaire qui pose d’autres difficultés.
  • l’hydrogène vert, qui est un hydrogène obtenu à partir de la biomasse. C’est, pour nous, le procédé le plus écologique : les ressources naturelles sont collectées selon le principe de l’économie circulaire. Les énergies produites sont ensuite redistribuées dans le même circuit.

Produire un hydrogène vert sans résidus

Les unités de production d’énergies implantées génèrent des énergies selon un procédé de gazéification propre. Les rejets du processus sont collectés pour être valorisés :

  • Le CO2 est stocké en bonbonne pour être utilisé dans les groupes froids des entreprises voisines, ou dans les camions frigorifiques.
  • Les agriculteurs peuvent récupérer un engrais liquide nettoyé de l’hydrogène, plus respectueux de l’environnement que le digestat.